J-4

 * Marche Existrans * 

Samedi 1er octobre

Temps frais, 16°C à midi, frisquet en soirée. Je vais participer à la marche Existrans, rencontrer des gens très intéressants dont Marlène, qui est juriste, et Claire qui a transmis à Sophie à mon intention le texte du décret qui m'a permis d'avoir le E112... et qui sera opérée comme moi jeudi 6, mais à Gand.


J'ai garé ma voiture derrière le lycée, et un tordu m'a cassé un phare.

Rassemblement derrière l'église St Gervais. Fanny me fait toujours la gueule.

Florence est là, avec une pancarte et un slogan intéressants. Elle me bat toujours froid.


Je savais qu'Ester, Patricia et Caro seraient de la partie, c'est toujours un plaisir de les retrouver.

Un des mots d'ordre de la marche est une revendication élémentaire : être libre du choix des médecins, ceux des "équipes officielles" étant incompétents et destructeurs en appliquant un protocole imbécile.


J'ai sympathisé avec pas mal de gens qui ne me connaissaient que par le site. Ici des militantes du PASTT.

Oui, le Dr Cordier est un nuisible, et son protocole est à l'origine des problèmes des trans françaises.

Mme Chiland est une homophobe-transphobe virulente, et ce sont des gens comme ça qui prétendent décider pour nous.


La marche va partir, ce n'est pas la foule, c'est moins festif que la marche LGBT mais nettement plus revendicatif.

Minute de silence à la mémoire des trans assassinées impunément (la dernière hier au Bois) parce que les assassins ne sont jamais recherchés. Ce sont les militants d'Act'Up qui ouvrent la marche.


Toutes les revendications sont légitimes : deux ans ou plus pour avoir des papiers, c'est la clandestinité obligatoire et le chômage non indemnisé, c'est indigne d'un pays qui se dit "de droit".

Dany est de la fête, je l'aime bien et c'est réciproque.


Les gens du CGL sont là aussi, et un projet d'exposition de ma peinture dans les locaux de la rue Keller se précise.

Que fait ce bus de prosélytes place de la Bastille ? Act'Up saisit immédiatement l'occasion : c'est dans les pays catholiques que les trans sont les plus discriminées en Europe (en pays musulman c'est évidemment l'horreur).


Béa a mis beaucoup de temps pour se faire belle, et c'est une réussite. Il faudra lire dans l'Express un dossier que sa copine Valérie a contribué à constituer.

Arrivée place de la République : discours, engueulades entre tendances, la routine.

J'avais froid place de la République, mais j'ai rencontré Marlène, trans et juriste, qui m'a défriché un peu de terrain, je la recontacterai pour la phase identitaire de mon parcours.

Sophie m'a présenté Claire, qui va se faire opérer comme moi jeudi 6 mais à Gand, et grâce à qui mon problème de E112 a été résolu. Claire a eu pas mal de difficultés, elle a vaincu grâce à sa ténacité et à sa forte personnalité, et elle s'investit pour aider les autres. Je vais évidemment en faire autant.

Sorties Suite
eXTReMe Tracker